( 2 réactions )

Impôts > Nouveautés impôt 2011 > Où trouver 12 milliards d'euros ?

Où trouver 12 milliards d'euros ?

La dette française a dépassé les 1600 milliards d'euros en 2011, ce qui représente plus de  84 % de notre PIB alors que le traité de Maastricht ratifié par la France en 1992 impose aux signataires une dette publique inférieure à 60 % du PIB. La croissance économique n'étant pas à la hauteur des espérances des dirigeants français, qui ont du baissé le taux prévisionnel pour 2011 en deçà des 2 %, ne suffira pas à apaiser la situation. Les temps de crise et de forte volatilité des marchés enfoncent un peu le clou et ne font qu'inquiéter davantage les autorités.

Ce bilan a donc conduit notre gouvernement à prendre des mesures budgétaires renforcées dans le but de réduire la dette publique qui pèse sur nous et les générations suivantes : l'ambition est de faire rentrer dans les caisses de l'Etat près de 12 milliards d'euros d'ici la fin 2012.
Personne ne sera épargné : il s'agit d'un effort national auquel tout le monde sera contraint de participer.
Mercredi 24 août 18 h : le premier Ministre, François Fillon, annonce les grandes lignes de ce plan budgétaire discuté le matin même en Conseil des Ministres.

Les principales mesures pour économiser 12 milliards

Contribution des hauts revenus

Les hauts revenus dépassant 500 000 € par an seraient taxés "de manière exceptionnelle" à hauteur de 3% par an jusqu'en 2013. A cette taxe, sera ajoutée la hausse de 1,2 points des prélèvements sociaux sur les revenus du capital, soit 13,5 %.

200 millions d'euros seraient ainsi récoltés grâce à cette mesure (la réforme du bouclier fiscal aurait fait perdre la bagatelle de 1,8 milliards d'euros !)

Hausse des taxes

Cela concernera dans ce cas l'ensemble de la population, notamment les classes moyennes et inférieures. Pas question de ne faire payer que les plus riches ...

  • hausse des prix du tabac de 6 % ;
  • hausse des prix de l'alcool et des boissons avec du sucre ajouté ;
  • la TVA des parcs d'attractions devrait augmenter en passant de 5,5 % à 19,6 % (cette mesure devrait être annulée) ;
  • taxe sur les hôtels de luxe (en discussion) ;
  • taxe sur les mutuelles : de 3,5 à 7 %, soit en moyenne une hausse des assurance de 65 € par an.

La hausse des prix des cigarettes et de l'alcool devrait rapporter à l'Etat un milliard d'euros.

Les revenus du capital (intérêts et dividendes par exemple) seront également plus taxés avec la hausse du taux des cotisations sociales : il passe de 12,3 % à 13,5 %. A cela, devra toujours être ajouté l'impôt de 19 %.

Réductions des avantages fiscaux

Une des mesures phares du programme présidentiel, et notamment du paquet fiscal, perd peu à peu de son ampleur : les heures supplémentaires seront désormais un peu plus taxées ! A priori, pas de changement côté salarié : elles devraient toujours être exonérées de charges sociales. Par contre, les patrons devront mettre la main à la poche : les heures supplémentaires seront soumises aux cotisations patronales, mais bénéficieront d'allègements, de type "réduction Fillon" comme ils existent déjà pour les bas salaires notamment.

Certaines niches fiscales (réductions et crédits d'impôts permettant de déduire de ses impôts certaines dépenses) devraient être à nouveau rabotées de 10 %. Seraient concernées (entre autres) la loi Scellier (investissement locatif défiscalisant), les crédits d'impôt sur les équipements d'économies d'énergie.
Les niches fiscales coûtent en effet 105 milliards d'euros à l'Etat et une partie d'entre elles n'auraient pas démontré leur efficacité : 19 % soit 12 milliards d'euros sont reconnues inefficaces et 47 % soit 28 milliards d'euros sont reconnues peu efficaces selon un rapport rendu par l'Inspection des Finances. Parmi les plus inefficaces, sont pointées du doigt les niches fiscales liées aux services à la personne, aux investissements outre-mer (loi défiscalisante Girardin), l'abattement de 10 % des retraites pour le calcul de l'impôt sur le revenu, etc.

L'impôt sur les plus-values immobilières ne devrait pas non plus être épargné : la menace plane depuis quelques mois déjà, l'exonération d'impôt sur les plus-values lors de la vente de la résidence principale avait discuté au moment du projet de loi de finances 2011. Cela avait été finalement abandonné. Résultat : ce sont les propriétaires de résidences secondaires qui paieront le manque à gagner. En effet, l'abattement de 10 % par année de détention sur la plus-value immobilière réalisée à la suite de la vente de sa résidence secondaire (ou autre logement) est purement et simplement supprimé. Cet abattement conduisait logiquement à être exonéré d'impôt sur les plus-values après 15 ans de détention. Cela est désormais une histoire ancienne.


Commentaires



Par sylvie raz le bol (Date : 2014-12-08 19:58:25)

Pour trouver l'argent, il suffit de faire comme en Allemagne (et oui, nos gouvernants n'arrêtent pas de le dire) imposer les revenus de nos élus, leur enlever leur prime de chauffage de 1500 € (pour les pauvres c'est 150 €) qu'ils se servent de leurs véhicules perso, idem pour le logement.



(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Par JC

A quand la baisse des salaires de nos chers politiciens ? ou de leur frais de déplacements inutiles ?



(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Quelque chose à ajouter ?

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :

Commentaire sur cet article :




Sujets relatifs :

Vers la remise en cause des niches fiscales ?
Les niches fiscales coûtent 105 milliards à l'État alors que certaines seraient inefficaces ou peu efficientes.
Barème kilométrique 2011
Revalorisation du barème kilométrique 2011 (calcul des frais réels)
Barème impôt 2011
Nouveau barème de l'impôt 2011 : tranche marginale d'imposition pour calculer l'impôt
Réforme de l'ISF : tous les changements
Nouveautés ISF en 2011 et en 2012 : nouvelles tranches, nouveau barème
Réforme fiscale 2011
Réforme du bouclier fiscal et ISF : tout ce qui change en 2011
Fin de l'avantage fiscal pour l'année de mariage ou de séparation
Fini les 3 déclarations de revenus l'année du mariage
Réductions ISF en baisse
Loi de finances 2011 : baisse du montant déductible des investissements PME
Suppression de la déduction des intérêts d'emprunt
Les intérêts d'emprunt ne sont plus déductibles du revenu imposable
Revenus du capital : augmentation des impôts
Loi de finances 2011 : les revenus du capital touchés par la hausse des impôts
Hausse des impôts en 2011
Loi de finances 2011 : hausse des impôts, baisse et suppression d'avantages fiscaux
Loi de finances 2011 : réduction des niches fiscales
Baisse et suppression de certains avantages fiscaux
Volontaires pour payer plus d'impôts !
Les plus grosses fortunes françaises proposent une contribution exceptionnelle
Réduction d'impôt pour les locations meublées non professionnelles
Louer un bien meublé offre des réductions d'impôt
Plafonnement des avantages fiscaux
Quel montant maximum peut-on déduire de ses revenus ? Quels sont les réductions exclues du plafonnement ?
Réduction d'impôt pour sa première déclaration internet
Première déclaration internet = réduction d'impôt
Indemnités journalières d'accident du travail
Nouvelle imposition des indemnités journalières d'accident du travail
Indemnités de départ à la retraite
Nouvelle imposition des indemnités de départ à la retraire
Crédit d'impôt pour la maison écologique
Equipements d'économies d'énergie : dépenses déductibles
Régime de la demi part supplémentaire
Régime de la demi part supplémetaire pour avoir élevé seul des enfants
Réductions - allègements d'impôts 2009
Baisse et réduction d'impôt pour les premières tranches (5.5 et 14)



impotsurlerevenu.org 2019

Mentions légales.