( Ajout/Modification : 07/02/2013 + 2 réactions )

Impôts > Nouveautés impôt 2013 > Fin du prélèvement libératoire pour les plus-values mobilières

Fin du prélèvement libératoire pour les plus-values mobilières

L'imposition des plus-values mobilières est modifiée à compter de 2013.
Les plus-values mobilières sont des revenus issus de la vente de valeurs mobilières (actions, obligations et autres titres financiers).

Imposition des plus-values mobilières réalisées en 2012

Jusqu'en 2012, les plus-values mobilières, appelées aussi gains de cession de valeurs mobilières, étaient taxées par prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) et non selon le barème progressif de l'impôt classique. Le taux de ce prélèvement forfaitaire est de 19 % (hors plus-values liées à un PEA).
Le prélèvement libératoire, comme son nom l'indique, libérait ces gains de l'impôt, qui n'étaient donc pas soumis au barème progressif. 

Le prélèvement libératoire devait être remplacé par l'imposition au barème progressif dès 2013, c'est à dire que les plus-values perçues en 2012 devaient être ajoutées aux autres revenus imposables. Mais l'application rétroactive de la mesure, déjà très impopulaire, a finalement été abandonnée pour apaiser les tensions. Les gains mobiliers ne seront soumis au barème progressif qu'en 2014 pour les revenus perçus en 2013. Par contre, le taux applicable en 2013 est élevé à 24 %.

Ce mode d'imposition s'avère très intéressant pour les contribuables imposés dans une tranche supérieure à 14 % (30 %, 41 % ou 45 %) car le taux est inférieur aux taux du barème progressif.

Imposition des plus-values réalisées à compter de 2013

Les plus-values mobilières seront obligatoirement soumises au barème progressif de l'impôt en 2014, quelle que soit la tranche d'imposition.
Toutes les cessions réalisées après le 1er janvier 2013 y seront donc assujetties.

En contrepartie, une partie de la CSG pourra être déduite (5,1 % des gains), comme pour les dividendes et les intérêts.

Quels sont les revenus concernés par la suppression du prélèvement libératoire ?

Les plus-values mobilières, ne pouvant plus être imposées par prélèvement forfaitaire et soumises au barème progressif, sont issues de la cession de titres financiers :

  • valeurs mobilières ;
  • droits sociaux ;
  • titres d'OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) ;
  • parts de société de capital risque (si résident de France) ;
  • parts de société de personnes assujetties à l'IR (Impôt sur le Revenu) si pas d'activité non salariée dans cette société ;
  • titres de société à dominante immobilière assujetties à l'IS (titres acquis après le 21/11/2003) ;
  • lors du transfert du domicile fiscal à l'étranger ("exit tax"), si celui-ci a eu lieu après le 1er janvier 2013.

Gains de cessions mobilières : imposés au barème progressif

Les associés non dirigeants ou les associés qui ne remplissent pas toutes les conditions du prélèvement libératoire à 19 % (voir ci-dessous) devront ajouter leurs plus-values mobilières réalisées en 2013 à leurs autres revenus pour une imposition globale au barème progressif en 2014.
Les plus-values mobilières réalisées en 2012 sont imposées par prélèvement libératoire forfaitaire à 24 %.

Les plus-values mobilières réalisées après le 1er janvier 2013 seront imposées selon le barème progressif de l'impôt mais avec un système d'abattements :

  • 20 % si les titres ont été conservés entre 2 et 4 ans ;
  • 30 % entre 4 et 6 ans ;
  • 40 % à partir de la 7ème année.

La durée de détention se calcule à compter de la date d'acquisition des titres cédés.

Imposition particulière des plus-values pour les dirigeants ou salariés

Face au tollé soulevé par les entrepreneurs après l'annonce de la réforme de l'imposition des plus-values mobilières, et notamment le coup médiatiques des "pigeons", jugeant injuste de taxer autant la vente de leur entreprise et d'appliquer la mesure de façon rétroactive (gains réalisés à compter du 1er janvier 2012), Jérôme Cahuzac a promis d'alléger l'imposition de ces plus-values. Et bien c'est chose faite : des amendements ont été votés fin octobre pour assouplir la taxation des associés dont la vente des parts n'a pas de but spéculatif.

Prélèvement libératoire maintenu pour les dirigeants ou salariés actionnaires

Les dirigeants associés ou les salariés actionnaires pourront continuer à bénéficier du prélèvement libératoire de l'impôt à 19 % à condition que : 

  • la société exerce une activité industrielle, commerciale, artisanale, libérale ou agricole depuis 10 ans minimum ou depuis sa création si celle-ci date de moins de 10 ans ;
  • les titres aient été détenus pendant les 5 années précédant la cession, période pendant laquelle le vendeur a occupé un poste de direction éligible à une exonération ISF des biens professionnels ou un emploi salarié ;
  • les titres vendus doivent avoir représentés au moins 2 % des droits de vote ou des droits dans les bénéfices sociaux le jour de la vente ET au moins 10 % pendant 2 ans consécutifs dans les 10 dernières années.

Selon la loi de finances 2013, sont concernés "les titres ou droits détenus par le cédant, directement ou par personne interposée ou par l'intermédiaire du conjoint, de leurs ascendants et descendants ou de leurs frères et sœurs".

Commentaires



Par Fxc 83

Pour un actionnaire qualifié d'associé fondateur, il était prévu une exonération de la seule plus-value dans le cadre de sa retraite .
Est-ce encore d'actualité ?
Merci de nous éclairer !
Fxc 83



(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Par veroM

Bonjour,
Difficile à décripter cette nouvelle loi.
Faut il attendre 2015 pour bénéficier d'un impot + bas sur la plus value lors de la vente d'OPCVM détenues depuis 12 ans??
Merci d'avance pour l'éclairage


Il y a 1 réaction(s) sur ce commentaire :

Par Contribuable économe raquété... (2013-01-30 23:53:37) : Bonjour,
Même remarque.
Nos économies de "retraite" de toute une vie de travail sont raquétées par des lois fiscales rétroactives votées par des personnes inconscientes des préjudices qu'elles font subir à leurs propres citoyens et contribuables de surcroit. S'il y a des paradis fiscaux c'est parce qu'il y a des enfers fiscaux. Les très riches peuvent partir, mais la classe moyenne reste, trinque et paie. Y'en a marre de l'instabilité fiscale confiscatoire en France, venant de la droite comme de la gauche.
Y'en a marre! Ca fait du bien de le dire déjà. Ensuite, on verra ce qu'il faudra faire pour faire instaurer une autre politique qui ne spolie pas ses propres citoyens!
En attendant, merci de m'éclairer sur la possibilité de payer moins d'impôts pour le cas exposé.


(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Quelque chose à ajouter ?

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :

Commentaire sur cet article :




Sujets relatifs :

Nouveau Barème de l'impôt 2013
Barème de l'impôt et tranches d'imposition 2013. Comment calculer l'impôt 2013 ?
Nouveau Barème kilométrique 2013
Calculez vos frais kilométriques à l'aide du nouveau barème 2013
La Scellier prolongée en 2013 !
Investissement locatif Scellier en 2013 : c'est possible jusqu'au 31 mars !
Fiscalité : le ras-le-bol des Français
Hausses d'impôt et des taxes : quand la pression fiscale devient trop forte.
Nouvelle réforme des plus-values immobilières
L'imposition des plus-values immobilières est réformée à compter du 1er septembre 2013.
IR : De plus en plus de contribuables
Nette hausse des ménages redevables de l'impôt sur le revenu et autres impôts locaux.
CICE : peut-il vraiment booster les embauches ?
Crédit d'impôt aux entreprises : fonctionnement du CICE, montant de l'avantage et bilan 2013
Le patrimoine des Ministres rendu public
Les Ministres ont jusqu'au lundi 15 avril 17 h pour fournir leur déclaration de patrimoine
La déclaration d'impôt 2013 simplifiée et améliorée
Les nouveautés de la déclaration de revenus 2013 : dématérialisation, fin des justificatifs, etc.
La taxe à 75 % transférée sur les entreprises
Les propositions du Conseil d'Etat sur la remplaçante de la tranche à 75 %. Les entreprises mises à contribution
Hausses des impôts et baisse des dépenses pour 2014
Hausse de la TVA, hausse des taxes, durcissement de la fiscalité, ... : tenez-vous prêts pour 2014 !
Allocations familiales : taxées ou diminuées ?
Le Gouvernement envisage de fiscaliser les allocations familiales ou de les réduire pour les hauts revenus.
Hausse de la TVA et baisse des charges des entreprises : les mesures retenues du rapport Galllois
Pour relancer la compétitivité, hausse des impôts indirects pour le contribuables et crédits d'impôt pour les entreprises
Nouveau dispositif de défiscalisation : la loi Duflot
Une remplaçante de la Scellier pour soutenir l'investissement locatif
Réforme de l'imposition des plus-values immobilières
Nouveautés sur l'impôt des plus-values immobilières et des terrains à bâtir
La réforme de l'ISF
ISF : nouveau barème ISF, décote ISF, plafonnement de l'ISF rétabli
Taxe exceptionnelle à 75 % rejetée !
La nouvelle tranche d'imposition à 75 % annulée par le Conseil Constitutionnel
Plafonnement des avantages fiscaux en 2013
Niches fiscales : limitées par un plafond en baisse chaque année
Fin du prélèvement libératoire pour les dividendes et intérêts
Les revenus du capital seront soumis au barème progressif de l'impôt en 2013.
Décote de l'impôt 2013
Nouvelle décote revalorisée en 2013 pour limiter les hausses d'impôt
Une nouvelle tranche d'imposition à 45 %
Hausse de l'impôt des hauts revenus dès 2013 et imposition à 45 %
Plafonnement du quotient familial 2013
Baisse de l'avantage fiscal lié au quotient familial
Les nouveautés fiscales du budget 2013
Impôt : découvrez les principaux changements pour 2013
Budget 2013 : les objectifs du gouvernement
Annonce du projet de loi de finances 2013 : pourquoi tant d'économies ?



impotsurlerevenu.org 2019

Mentions légales.