( Ajout/Modification : 23/10/2013 + 6 réactions )

Impôts > Nouveautés impôt 2014 > Réforme de l'imposition des plus-values mobilières

Réforme de l'imposition des plus-values mobilières

L'imposition des plus-values mobilières concerne les cessions de valeurs mobilières ou de droits sociaux des particuliers.
Une valeur mobilière est un titre financier qui peut être acheté et revendu, coté en bourse ou non : action, obligation, parts d'OPCVM (sicav et FCP), créance négociable, stock option, etc.
Les droits sociaux, au sens droit des sociétés, correspondent aux parts sociales et actions détenues par les associés.

La vente de titres financiers peut occasionner une plus-value (prix de vente supérieur au prix d'achat), appelée plus-value mobilière. Cette plus-value est imposable.
L'article 11 du projet de loi de finances pour 2014 réforme l'imposition de ces plus-values en modifiant plusieurs articles du Code Général des Impôts (CGI), notamment les articles 150-0 A et 150-0 D.
Le but est de stimuler l'investissement de long terme et la prise de risque.

La réforme est rétroactive, c'est à dire qu'elle s'applique sur les plus-values réalisées à compter du 1er janvier 2013, sauf pour les cessions intra-familiales et de titres de jeunes entreprises innovantes (1er janvier 2014).

Fin du prélèvement libératoire et nouveaux abattements

Le projet de loi de finances 2014 modifie l'article 150-0 D en supprimant le prélèvement libératoire de 19 % et en instaurant de nouveaux abattements.

En 2014, les plus-values mobilières réalisées en 2013 seront désormais imposées au barème progressif de l'impôt.
Elles bénéficieront d'un abattement avant imposition, variable selon la durée de détention, calculée à partir de la date d'acquisition. Le projet de loi avait modifié la date au 1er janvier de l'année d'acquisition mais un amendement voté à l'Assemblée a restauré le point de départ à la date d'acquisition.

Régime de droit commun

L'abattement de droit commun (applicable à tous) est égal à :

  • Abattement de 50 % pour une durée de détention entre 2 et 8 ans ;
  • Abattement de 65 % pour une détention de plus de 8 ans.

L'abattement s'applique à toutes les cessions à titre onéreux. Il peut aussi s'appliquer au rachat de parts d'OPCVM à condition que ces organismes investissent à plus de 75 % dans des parts ou actions de sociétés.

Les personnes physiques domiciliée fiscalement hors de France seront toujours prélevées à la source (prélèvement libératoire forfaitaire) à hauteur de 30 % (au lieu de 45 % en 2013).

Le report d'imposition sous condition de réinvestissement des plus-values mobilières pour les titres détenus depuis plus de 8 ans (prévu par l'article 150-0 D bis) a été supprimé par un amendement à l'article 11.

Régime dérogatoire

Par dérogation aux dispositions de droit commun citées précédemment, il est possible de bénéficier d'un autre système d'abattement.
Attention, si vous optez pour le système d'abattement dérogatoire, vous ne pourrez pas prétendre à la réduction d'impôt liée à la souscription au capital d'une PME. Pour profiter de cette avantage fiscal, vous devrez opter pour l'abattement de droit commun.

Ce système prévoit un abattement variable selon la durée de détention des titres :

  • 50 % pour une durée de détention entre 1 et 4 ans ;
  • 65 % pour une durée de détention entre 4 et 8 ans ;
  • 85 % pour une détention de plus de 8 ans.

Pour jouir de ces abattements plus avantageux, plusieurs conditions doivent être remplies. Vous devez vous situer dans l'un des cas suivants :

1/ Conditions liées à la société émettrice des titres cédés

La société doit (depuis sa création) :

  • Etre une PME créée depuis moins de 10 ans dans un Etat de l'UE ou un autre Etat ayant un accord économique avec la France ;
  • Ne pas être issue d'une concentration, restructuration, extension ou reprise d'activités existantes;
  • Etre soumise à l'impôt sur le bénéfice ;
  • Avoir une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole les 5 dernières années ;
  • Ne pas accorder de garantie en capital aux associés en contrepartie de leurs souscriptions.

Selon le Journal Officiel de l'Union Européenne, une PME est une entreprise employant moins de 250 personnes, dont le CA est inférieur à 50 millions d'euros et dont le bilan est inférieur à 43 millions.

Ce système d'abattement avantageux ne peut pas s'appliquer aux cessions, rachats de parts ou d'actions d'OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières).

2/ Conditions liées au cédant partant à la retraite

Le cédant doit :

  • Vendre l'intégralité de ses titres (ou plus de 50 % des droits de vote) ;
  • Avoir exercé un poste à responsabilité : gérant pour une SARL ou associé pour une société de personnes, président, directeur général, président du conseil de surveillance (sauf pour les professions libérales sous forme de SA ou SARL) pendant les 5 ans précédant la cession dans la société émettrice des titres ;
  • Avoir possédé au moins 25 % des droits de vote (possession pouvant être partagée avec des membres de la famille) pendant les 5 ans précédant la cession ;
  • Cesser toute fonction dans la société et faire valoir ses droits à la retraite dans les 2 ans maximum.

Les plus-values de cessions de titres des dirigeants de PME partant à la retraite seront imposées au barème progressif. Elles bénéficieront d'un abattement fixe de 500 000 € + l'abattement dérogatoire pour le surplus éventuel SI les conditions ci-dessus sont respectées et SI l'entreprise remplit bien les critères définissant une PME (cf précédemment).
Il appartient au cédant de justifier les différents critères d'éligibilité.
En cas de non respect des conditions au cours des 3 années suivant la cession, le système dérogatoire sera remis en cause et l'abattement de droit commun s'appliquera.

Fin de l'exonération pour les cessions intra-familiales

Le projet de loi de finances 2014 supprime le 3 du I de l'article 150-0 A.
Cette partie stipulait que si les droits dans les bénéfices sociaux détenus par plusieurs membres d'une famille (conjoints, descendants, ascendants, frères et soeurs) dépassaient 25 % de ces bénéfices à un moment ces 5 dernières années, alors la plus-value réalisée par la cession de ces droits à l'un des membres précités sera exonérée d'impôt à condition de ne pas les revendre à un tiers dans les 5 ans.

A compter de 2014, les plus-values réalisées dans ce cadre seront assujetties à l'impôt. Mais elles pourront bénéficier du système d'abattement dérogatoire énoncé ci-dessus à condition de respecter les conditions.

Fin de l'exonération pour les cessions de titres de jeunes entreprises innovantes

Le projet de loi de finances 2014 supprime le 7 du III de l'article 150-0 A.
Jusqu'en 2013, les cessions de parts ou actions de jeunes entreprises innovantes (JEI) réalisant des projets de recherche et de développement étaient exonérées d'impôt sous certaines conditions :

  • souscription des parts après le 1er janvier 2004 ;
  • conservation des titres pendant au moins 3 ans, période pendant laquelle le statut d'entreprise innovante est maintenu ;
  • le cédant et sa famille (conjoint, descendants et ascendants) n'ont pas détenus ensemble plus de 25 % des droits dans les bénéfices depuis la souscription des titres cédés.

A compter de 2014, les plus-values des titres des jeunes entreprises innovantes seront assujetties à l'impôt. Mais elles pourront bénéficier du système d'abattement dérogatoire énoncé ci-dessus.


 

Commentaires



Par Cricri (Date : 2015-05-23 12:56:06)

Concernant le régime d'imposition des moins values. Je préconise une attaque en justice au titre que :
les investisseurs ayant supporté fin 2012 de grosses moins values sur titres achetés en période de crise, n'ont pas eu le temps de les céder avant que ce racket soit voté.
Donc, si ces investisseurs avaient vendu leurs titres en moins value à temps donc ! avant le 31 décembre 2012 auraient pu reporter leur moins value sur dix ans et sans décote pour durée de détention !!...Juridiquement, il y a une faille qui pourrait fort bien être exploitée par des juristes ou un club d'actionnaires remonté par ces mesures qui s'apparentent à du vol organisé.



(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Par lbda21 (Date : 2014-06-14 14:45:54)

Je suis déjà intervenu sur le scandale des abattements sur les plus-values mobilières, apparemment sans grand succès. Je vais être plus précis. En m'appuyant sur un site des Echos sur le sujet, je voudrais rappeler que l'administration fiscale dans sa notice de déclaration d'impôts 2013 est en contradiction avec la loi de finances pour 2014; cette administration a instauré un abattement sur les moins-values qui n'existe pas dans les articles 150-0 A et D de la loi de finances. En d'autres termes, la notice de la déclaration 2042 est en contradiction avec la loi; Les Echos affirme que l'administration fiscale a outre passé ses droits en "inventant les notices-lois" ! il est hallucinant que le ministère des finances n'ait pas réagit; est-il de connivence ? comme cet abattement peut conduire à une imposition sur une perte de revenu (il faut déjà oser), la conclusion qui s'impose est que l'état est du type maffieux, en contradiction formelle avec la justice fiscale dont il se targue régulièrement, ainsi qu'avec son verbe continuel sur les ondes. La conséquence est que de nombreux investisseurs concernés vont se faire spolier dès 2013.
N'écoutez pas ce qu'ils disent, mais examinez ce qu'ils font et la vérité jaillira !



(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Par lbda21 (Date : 2014-06-04 10:28:41)

Je trouve que vous êtes beaucoup trop discret sur le scandale de l'abattement sur les moins-values mobilières; celles-ci peuvent être écornées par cet abattement et ne plus compenser les plus-values sur d'autres titres. La conséquence est qu'une moins-value réelle globale avant abattement peut se transformer, après abattement, en une plus-value globale qui sera imposée, alors que l'investisseur est en perte ! C'est difficile de faire mieux comme racket,c'est une spoliation par l'état : imposer une somme non gagnée; à votre phrase "les plus-values bénéficient d'un abattement" il convient d'ajouter : les moins-values subissent un désavantage qui peut tourner à la spoliation de l'investisseur !



(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Par DSCG

Bonjour,
Si j'apporte mon entreprise individuelle en société afin de bénéficier des abattements (50%,65% et 85%) pour la cession intra-familiale, à partir de quand est décompté le délai de 5 ans de détention des 25% de capital ? Est ce au moment du commencement de l'activité ou au moment de la mise en société ?



(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Par Tout va très bien en France

Bonjour,
Que se passe t il lors de la vente des parts sociales du dirigeant d'une entreprise qui a non pas MOINS de 10 ans, mais PLUS de 10 ans ??
Merci pour vos réponses


Il y a 1 réaction(s) sur ce commentaire :

Par yoann (2014-05-12 12:49:00) : La vision des moins de 10 ans s apprecie au moment de la souscription des titres par l investisseur, la societe dans laquelle vous avez investies doit avoir moins de 10 ans au moment ou vous avez investi et non pas par rapport a la date de cession, cela est vrai pour la nouvelle loi sur la detention et le regime incitatif des 65 ou 85 %. En revanche pr l ancienne encore en application dite "des pigeons" le raisonnement est different : nous ne parlons plus d'annees de detention art 200A du cgi


(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Par PATROUGE

Pour les impositions des plus values de dirigeants prenant leur retraite, il faut avoir possédé au moins 25% des droits de votes les 5 dernières années . Je possédais 33% des parts de ma société jusqu'en 2010. Une fusion absorption de ma société avec une autre au cours de laquelle j'ai meme du acheter des parts pour équilibrer les nombres de parts entre 14 associés font qu'aujourd'hui je n'ai plus que 7% des parts et droits de votes. Que se passe t-il dans ce cas ?



(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Quelque chose à ajouter ?

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :

Commentaire sur cet article :




Sujets relatifs :

Barème impôt 2014
Le barème 2014 enfin revalorisé après 2 ans de gel !
Nouveau barème kilométrique 2014
Calculez dès à présent vos frais kilométriques à l'aide de notre estimation du barème 2014.
Budget 2014 : les grandes orientations
Projet de loi de finances 2014 : bilan et objectifs du gouvernement
Les nouveautés fiscales du budget 2014
les principales mesures fiscales pour 2014 : nouveau barème de l'impôt, décote, baisse du quotient familial, réforme des plus-values, etc.
Décote de l'impôt 2014
Baisse de l'impôt pour les familles les modestes grâce au système de décote
Loi Duflot : les modifications au 1er septembre 2014
Aménagement du dispositif Duflot pour relancer la construction de logements
Nouvelle réforme CIDD : Septembre 2014
CIDD : nouveau taux, nouvelles conditions et application dès le 1er septembre 2014
Nouvelle baisse d'impôt en 2015
Réduction d'impôt pour compenser le rejet de la baisse des cotisations sociales
Enfin une baisse d'impôt pour la classe moyenne !
Les foyers moyens devraient profiter de réductions d'impôt en 2015.
Immobilier : les lois Duflot assouplies
Manuel Valls veut relancer l'investissement locatif : ajustements et élargissements pour les lois Duflot et ALUR
Réduction d'impôt pour 3,7 millions de foyers
Cadeau fiscal pour 500 000 foyers de plus : jusqu'où iront les baisses d'impôts ?
Baisse d'impôt pour les bas salaires dès 2014
Réduction de l'impôt 2014 : + 1,8 million de foyers non imposables !
Cadeau fiscal pour les ménages : faut-il y croire ?
Le gouvernement promet une baisse d'impôt en 2014 au coeur des municipales. Stratégie politique ou réel espoir ?
Dates limites de déclaration 2014 : plus tôt que prévu !
Toutes les dates de dépôt de la déclaration de revenus 2014 : déclaration papier et déclaration en ligne.
Vers la fin de la CSG déductible ?
La déductibilité de la CSG peut-elle disparaître ? Quelles seraient les conséquences ?
Duflot : nouveaux plafonds 2014
Hausse des plafonds de loyer et de ressources des locataires pour le dispositif Duflot
Faut-il vraiment s'attendre à une baisse d'impôt d'ici 2017 ?
Le gouvernement promet des baisses d'impôt chaque année. Manoeuvre politique ou réelle espérance ?
30 milliards de baisse de charges pour les entreprises
Pacte de responsabilité : allègement des cotisations patronales et pas de hausse d'impôts pour les ménages
Réforme de l'assurance-vie
Fichier central et prélèvements sociaux : nouveautés assurance-vie 2014
Adoption partielle du buget 2014 par le Conseil Constitutionnel
Les Sages ont rejeté 17 articles du projet de loi de finances : les mesures validées et annulées.
Réforme du CIDD : tous les changements pour 2014
Economie d'énergie : Nouveaux taux du CI, équipements éligibles, bouquet de travaux, cumul éco-prêt
Vers une grande réforme fiscale ?
Le Premier Ministre a annoncé une grande réforme fiscale avec notamment la fusion IR / CSG et le prélèvement à la source.
Taxe de solidarité sur les hautes rémunérations
Une nouvelle taxe exceptionnelle payée par les entreprises sur les rémunérations de plus d'un million
Contribution EBE supprimée et hausse de l'IS
La contribution sur l'EBE a été retirée du projet de loi de finances 2014 et remplacée par une surtaxe de l'IS
Majoration de retraite : fin de l'exonération
Les majorations de retraite pour charge de famille sont désormais imposables.
Mutuelle santé : fin de l'exonération de la cotisation
Suppression de l'avantage fiscal des complémentaires santé obligatoires dans les entreprises
Enfants soclarisés : réduction d'impôt maintenue
L'avantage fiscal lié aux frais de scolarité ne sera finalement pas supprimé en 2014.
Pause fiscale : une nouvelle intox ?
Plus d'augmentation d'impôt en 2014 et revalorisation du barème.
Contribution climat-énergie
Encore une nouvelle taxe ou une réelle incitation écologique ? Une autre taxe carbone ?
Hausse des frais de notaire
Vous projetez d'acheter une maison en 2014 ? Vous paierez certainement plus de frais notarié.
Encore plus de taxes et prélèvements à prévoir en 2014 !
L'année 2014 devait apaiser nos finances. Raté ! Sortez vos porte-monnaies !
Vers la fin de la prime pour l'emploi ?
Fusion PPE / RSA Activité = prime d'activité. Projet en réflexion
Aide à domicile : hausse des plafonds internes
Pour compenser la hausse de la TVA des services aux particuliers, les plafonds de certaines dépenses sont élevés.
Télé-déclaration : bientôt obligatoire?
La déclaration de revenus par Internet pourrait bien devenir la seule option pour certains.
Plus-values immobilières : moins taxées en 2014
Une nouvelle réforme de l'impôt sur les plus-values en perspective ... Et une de plus !
Frais de scolarité : fin de l'avantage fiscal
Les enfants scolarisés dans le secondaire ne donneront plus droit à réduction d'impôt.
Niches fiscales : nouveau coup de rabot à prévoir
Les avantages fiscaux vont encore être abaissés en 2014 : baisse des taux et du plafonnement.
Quotient familial : il baissera encore en 2014
Deuxième baisse consécutive du plafonnement du quotient familial : les ménages vont payer davantage.



impotsurlerevenu.org 2019

Mentions légales.