( Ajout/Modification : 30/12/2013 + 9 réactions )

Impôts > Nouveautés impôt 2014 > Les nouveautés fiscales du budget 2014

Budget 2014 : les nouvelles mesures fiscales

Le projet de loi de finances pour 2014 (PLF 2014) a été présenté le 25 septembre à l'Assemblée Nationale, présentation suivie d'une conférence de presse animée par le Ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, accompagné de son Ministre délégué au budget, Bernard Cazeneuve.

Des amendements ont été déposés le 4 octobre à la Commission des Finances de l'Assemblée Nationale pour être débattus la semaine suivante.
Mi-octobre, le PLF 2014 sera examiné par l'Assemblée Nationale puis voté. Le 22 octibre, la partie "Recettes" a été votée avec 316 voix pour et 249 contre.
La promulgation et la publication au Journal Officiel de la loi de finances pour 2014 aura lieu en décembre 2013.

Voici les principales mesures du budget 2014.

Revalorisation du barème de l'impôt 2014

Le barème de l'impôt est en principe revalorisé chaque année : les tranches sont indexées sur l'inflation. Or il ne l'avait pas été lors des deux dernières années pour répondre à la politique de rigueur menée par les gouvernements successifs (2011 et 2012).
Le ras-le-bol des Français en matière de taxation a contraint le gouvernement actuel à revaloriser le barème afin de limiter la hausse d'impôts. Les tranches du barème 2014 ont donc été augmentées de 0,8 % selon la hausse du niveau général des prix.

TRANCHE DU REVENU 2013
(Quotient familial)
TAUX D’IMPOSITION 2014
(Barème 2014 : TMI)
Jusqu'à 6 011 euros 0 %
de 6 011 à  11 991 euros 5,5 %
de  11 991 à  26 631 euros 14 %
de  26 631 à  71 397 euros 30 %
de  71 397 à  151 200 euros 41 %
Supérieur à  151 200 euros 45 %

Baisse du plafonnement du quotient familial

L'impôt se calcule sur la base du quotient familial afin de prendre en compte les charges de famille. Le quotient familial est en effet le résultat du revenu net imposable divisé par le nombre de parts fiscales.
Le calcul de l'impôt s'effectue à l'aide du barème ci-dessus, dont les tranches correspondent à une part de quotient familial. En d'autres termes, plus le nombre de parts est élevé, plus l'impôt diminue (car la base imposable diminue). Or le gain procuré par les parts fiscales est limité : ce principe est appelé le "plafonnement du quotient familial". Cela signifie que la baisse d'impôt induite par chaque demi part supplémentaire (en plus de la première part si vous êtes célibataire ou divorcé et des 2 premières parts si vous êtes marié ou pacsé) ne peut excéder un certain plafond.
En 2014, ce plafond est fixé à 1 500 €
(2 000 € en 2013 et 2 336 € en 2012).

Les demi parts octroyé pour des situations spécifiques sont également plafonnées :

  • demi-part pour invalidité ou ancien combattant : plafonnement à 2 997 € (plafond de la demi part à 1 500 € + majoration de 1 497 €) ;
  • demi-part pour avoir élevé un enfant seul pendant plus de 5 ans : 897 € (idem en 2013) ;
  • part pour le 1er enfant d'un parent isolé : 3 540 € (4 040 € en 2013) ;
  • part supplémentaire pour les veufs avec un enfant à charge : plafonnée à 1 672 € en 2014 (672 € en 2013).

Maintien de la réduction d'impôt pour frais de scolarité

La niche fiscale concernant les frais de scolarité devait initialement être supprimée car le projet de loi de finances pour 2014 abrogeait l'article 199 quater F.
Un amendement déposé par les députés a été voté visant à rétablir cet article.
La réduction d'impôt pour les enfants scolarisés en collège, lycée ou dans l'enseignement supérieur est donc maintenue en 2014.

Majorations de retraite pour famille nombreuse fiscalisées

Les familles ayant eu 3 enfants bénéficient d'une majoration de la pension de retraite. Jusqu'en 2013, cette majoration était exonérée d'impôt sur le revenu.
En 2014, les majorations de retraite seront imposées.
Cette mesure devrait rapporter à l'Etat 1,2 milliards.

Fin de l'exonération sur les complémentaires santé

Certaines entreprises proposent aux salariés des contrats complémentaires santé dont les cotisations sont partagées avec l'employeur.
Les versements de l'employeur étaient jusqu'en 2013 exonérés d'impôt sur le revenu.
Le gouvernement estime que ces sommes constituent un salaire sous forme d'avantage en nature. De ce fait, les cotisations de l'employeur à ces contrats collectifs et obligatoires seront imposables en 2014.
Cette mesure devrait rapporter à l'Etat 960 millions.

Hausse des taux de TVA

Au 1er janvier 2014, le taux de TVA à 19,6 % passe à 20 % et le taux à 7 % passe à 10 %.

Baisse du taux de TVA à 5 % : Mesure partiellement annulée

Le taux de la Taxe de la Valeur Ajoutée (TVA) à 5,5 % devait être remplacé par un taux à 5 %.
Ce nouveau taux de TVA à 5 % ne s'appliquera finalement pas à compter du 1er janvier 2014. Il devait concerner notamment les places de cinéma (afin de s'aligner sur le taux applicable aux spectacles vivants (théâtre et concerts).

Le taux de TVA à 5 % est toutefois maintenu pour les travaux de rénovation thermique.

Droits de mutation / Aménagement en cas de défaut de titre de propriété immobilière

Selon l'article 641 du CGI, les héritiers disposent d'un délai de 6 mois pour enregistrer les déclarations des biens suite à un décès en France métropolitaine. Ce délai est porté à un an dans les autres cas.
Le projet de loi de finances 2014 modifie l'article 641 bis qui allonge ce délai à 2 ans lorsque la succession comprend des biens immobiliers dont la propriété n'a pas été officiellement donnée au défunt avant son décès (titre de propriété non acté).
Il appartient aux héritiers de mettre à jour les droits de propriété durant ce laps de temps. Les frais de reconstitution des droits de propriété sont à leur charge mais seront déduits de la part héritée. Il faudra produire les attestations du notaire.

L'objectif est de faciliter la succession des héritiers qui ne peuvent pas encore jouir des biens immobiliers du fait de la propriété incertaine.

Les immeubles non bâtis sont exonérés de droits de mutation suite à un décès si :

  1. ils appartiennent à une indivision ;
  2. la parcelle sur laquelle ils se trouvent est estimée à moins de 5 000 € ;
  3. la propriété n'a pas été officiellement donnée au défunt avant son décès ;
  4. les attestations du notaire sont publiées dans les années suivant le décès.

L'exonération est limitée à une parcelle en indivision par succession.

Réforme des plus-values immobilières

La réforme de l'imposition des plus-values en vigueur depuis le 1er septembre 2013 a été conservée dans le projet de loi de finances pour 2014.
Cette nouvelle réforme concerne l'allègement de l'impôt sur les plus-values à compter de septembre 2013.

Le projet de loi de finances pour 2014 devait également supprimer le système d'abattement sur la plus-value des terrains à bâtir. Cette mesure a été annulée par le Conseil Constitutionnel. Les terrains constructibles continueront donc à bénéficier de l'exonération d'impôt au bout de 30 ans.

Pour plus de précisions, consultez notre article sur les plus-values immobilières.

Mesures concernant les entreprises

Taxe exceptionnelle sur les hauts revenus

Les hautes rémunérations versées par toutes les entreprises devront s'acquitter d'une taxe exceptionnelle en 2013 et 2014. C'est donc une mesure provisoire applicable pendant 2 ans seulement qui remplace la taxe à 75 % abrogée l'an dernier.
La taxe sera calculée sur la part des rémunérations supérieure à 1 million et le taux sera de 50 %.

Contribution sur l'EBE : Mesure annulée

Les entreprises assujetties à l'IS dont le chiffre d'affaires était supérieur à 50 millions d'euros auraient du s'acquitter d'une taxe de 1 % sur l'EBE selon le projet de loi de finances pour 2014.
Cette taxe, appelée "Contribution sur l'excédent brut d'exploitation (EBE)", a été annulée, le Ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, ne voulant pas se mettre à dos tous les entrepreneurs de France.

Impôt sur les sociétés : hausse en 2014

Pour compenser la suppression de la contribution sur l'EBE, le gouvernement a opté pour une surtaxe de l'impôt sur les sociétés (IS), comme l'avaient suggéré les représentants patronaux du Medef et de la CGPME.
Cette surtaxe s'appliquera aux entreprises dont le CA est supérieur à 250 millions.
Les PME ne seront donc pas touchées par cette nouvelle hausse.
Rappelons qu'une surtaxe de l'IS de 5 % existe déjà : il s'agirait de l'augmenter à 10,7 %, soit un taux d'IS de 37 % pour les sociétés réalisant plus de 250 millions de CA.

Réforme des plus-values mobilières

Les plus-values mobilières réalisées en 2013 seront imposées au barème progressif de l'impôt dès 2014 suite à la cession de parts ou titres financiers
Elles bénéficieront toutefois d'un abattement variable selon la durée de détention : 50 % pour une détention entre 2 et 8 ans OU 65 % pour plus de 8 ans.

Les dirigeants de PME pourront jouir d'un abattement plus avantageux (système dérogatoire) si leur société répond aux critères : 50 % pour une durée de détention entre 1 et 4 ans OU 65 % entre 4 et 8 ans OU 85 % pour plus de 8 ans.
Un abattement supplémentaire de 500 000 € est prévu pour les dirigeants de PME partant à la retraite, auquel se rajoute l'abattement dérogatoire.

Voir notre dossier sur l'imposition des plus-values mobilières.

Commentaires



Par Nestorprotect (Date : 2014-09-09 22:27:14)

Comme Coluche le disait si bien !!!
Les hommes politiques tu les mets dans le désert .... 5 ans après ils importent du sable !!!!
Ils sont de toute façon cuits mais nous sommes malheureusement tenus par des "appareils politiques" complètement fous (la preuve avec flamby !!!) et c'est pas fini avec Marine vous verrez !!!.
Si t'es jeune, tire toi ! C'est le mieux à faire



(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Par ange2014 (Date : 2014-08-18 10:59:16)

A force de vilipender l'argent pour des gens ou des causes qui n'ont rien a faire avec ce pays, non seulement le peuple part à sa ruine (à part les très fortunés) mais le pays s'enfonce dans un gouffre sans fond. Il faudrait peut-être rétablir les priorités afin que les Français puissent à nouveau vivre et non survivre



(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Par Victor

Nous faisons parti de la classe moyenne, celle pour qui rien ne devait changer. Pourtant, étant employé d'une entreprise, ma déclaration à augmenté de 1800 euros d'un coup à cause d'une loi voté le 30 décembre 2013 qui taxe les mutuelles (obligatoire) d'entreprise. Cumulé avec le plafonnement du quotient familial (qui baisse 2 fois en 2 ans: si c'est pas pour frapper de plus en plus bas...) ça représente une hausse de mon imposition de près de 900?.
Comment faire pour planifier ses mensualisations dans ces conditions.
Permettez moi de dire : y a de l'abus!!!


Il y a 1 réaction(s) sur ce commentaire :

Par YOYO (2014-05-07 18:52:29) : vous aviez voté flamby, si c'est le cas eh bien tant pis !!!


(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Par verite

Pour punir ces requins du gouvernement (des bons à rien qui ne savent pas ce que c'est de travailler car ils ont usé leurs fonds de culotte sur les bancs d'ecole) ne voter plus pour eux socialo et droite memes branleurs tous des voleurs.


Il y a 2 réaction(s) sur ce commentaire :

Par Ducouillon (2014-05-10 17:32:14) : Quelle analyse toute en finesse...Je pense que vous devriez vous présenter aux prochaines présidentielles, je vous vois bien pour résoudre l'équation endettement, compétition mondiale, attractivité, acquis sociaux, chomage, croissance etc..Je voterai pour vous. Dans les années 30 il y en a beaucoup qui pensaient comme vous en Italie et en Allemagne par exemple...

Par Pascouillon (2014-05-15 05:45:46) : Il semblerait que pour l'Allemagne, pays à l'origine de la tendance évoquée dans ton message, il apparait qu'ils avaient raison sur plusieurs plans. D'abord l'après guerre n'a pas connu de répressions sur ses pratiquants et l'économie florissante de ce pays est citée en exemple maintenant. L'Allemagne, quelle que soit l'époque, serait donc une "Grande Allemagne"!!!


(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Par petitgeny

Ca me dégoûte j'ai élevé trois enfants, je me suis beaucoup investie dans ma vie professionnelle, je n'ai pas de maison, je paie un loyer de 650 euros, je n'ai pas d'économie, je pensais respirer un peu avec une retraite correcte, je perds tous les acquis d'un coup (exonération des 10% pour avoir eu 3 enfants et ma demi-part de divorcée). Je me trouve dans la tranche à 14% ; ce que je voulais économiser je vais le donner aux impôts. Quand je vais mourir mes enfants seront obligés de payer mes funérailles alors que j'aurais voulu ne pas être à leur charge.
C'est SCANDALEUX, après on parle des resto du coeur ou d'assistanat. Rien n'est fait pour remonter l'économie d'un pays, il n'y a que l'ego des politiciens qui comptent. Ils plongent la France dans la misère, dans l'assistanat en admettant qu'on y aura encore droit dans quelques années. C'est HONTEUX.


Il y a 1 réaction(s) sur ce commentaire :

Par cloclo (2014-03-12 10:06:59) : Monsieur Ayrault, 1er ministre, issu de famille modeste, prof d'allemand, déclare un patrimoine de 1,7 million d'euros...ça veut dire que la politique paye et plutôt bien...car il n'aurait pas ce patrimoine s'il était resté prof...nos impôts servent surtout à ça...


(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Par redge32

Les avantages du personnel EDF ou autres ont il été considérés comme avantage en nature ? non - c'est inadmissible de payer des impôts sur l'avantage des mutuelles. Si c'est le seul avantage d'un salarié dans une entreprise, alors je dis bravo Monsieur le Président



(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Par ichele

C'est malheureux que ce soit les retraités qui ont travaillé très dur, le double des 35 heures, qui soit encore sollicité. Quelle honte !!!


Il y a 3 réaction(s) sur ce commentaire :

Par ALPHONSE (2014-01-23 14:16:39) : C'est une honte de faire payer les imots des retraités sur la majoration de leur retraite de 10% pour avoir élevé TROIS ENFANTS ET PLUS.
BRAVO LES SOCIALISTES

Par spyrou (2014-04-16 17:23:44) : Notre gouvernement qui a tenu 2 ans va nous couter une retraite pour chacun, à savoir que si un ministre fait un mini de six semaines en fonction, il a le droit à sa retraite de suite et donc comme ce sont les mêmes que l on a remis, ils toucheront une deuxieme retraite plein pot pendant que vous il vous faut 42 annuités minimum pour un salaire de misère. Bravo la France ! Qu'est que l on attend pour leur couper la tête

Par jack21 (2014-06-24 00:31:12) : la gauche qui est morte nous a trahis, le boulevard est grand ouvert pour marine au secours ils sont devenus FOUS


(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Par valoumix

Je ne comprends pas comment une personne seule qui a élevé un enfant durant 5 ans mais qui ne l'a plus à charge puisse bénéficier d'une demi part supplémentaire. C'est vraiment une aberration.


Il y a 1 réaction(s) sur ce commentaire :

Par ISLY (2014-04-15 15:47:00) : Vous oubliez une chose importante : la personne qui élève seule son enfant pendant 5 ans a des répercussions sur sa retraite


(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Par dicatt

Honteux de taxer les familles nombreuses, ces familles qui contribuent à la croissance de la France


Il y a 1 réaction(s) sur ce commentaire :

Par ratou (2014-05-11 10:05:48) : Avant de "contribuer à la croissance de la France", les familles nombreuses sont largement prises en charge par tous les célibataires sans enfant qui bossent et paient les allocations, l'éducation (quand il y en a une) et les soins de cette progéniture.


(Votre post sera visible sous le commentaire après validation)

Quelque chose à ajouter ?

Ce site est le vôtre ! Interrogation, complément d'information, conseil, anecdote etc... Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Pseudonyme :

Commentaire sur cet article :




Sujets relatifs :

Barème impôt 2014
Le barème 2014 enfin revalorisé après 2 ans de gel !
Nouveau barème kilométrique 2014
Calculez dès à présent vos frais kilométriques à l'aide de notre estimation du barème 2014.
Budget 2014 : les grandes orientations
Projet de loi de finances 2014 : bilan et objectifs du gouvernement
Décote de l'impôt 2014
Baisse de l'impôt pour les familles les modestes grâce au système de décote
Loi Duflot : les modifications au 1er septembre 2014
Aménagement du dispositif Duflot pour relancer la construction de logements
Nouvelle réforme CIDD : Septembre 2014
CIDD : nouveau taux, nouvelles conditions et application dès le 1er septembre 2014
Nouvelle baisse d'impôt en 2015
Réduction d'impôt pour compenser le rejet de la baisse des cotisations sociales
Enfin une baisse d'impôt pour la classe moyenne !
Les foyers moyens devraient profiter de réductions d'impôt en 2015.
Immobilier : les lois Duflot assouplies
Manuel Valls veut relancer l'investissement locatif : ajustements et élargissements pour les lois Duflot et ALUR
Réduction d'impôt pour 3,7 millions de foyers
Cadeau fiscal pour 500 000 foyers de plus : jusqu'où iront les baisses d'impôts ?
Baisse d'impôt pour les bas salaires dès 2014
Réduction de l'impôt 2014 : + 1,8 million de foyers non imposables !
Cadeau fiscal pour les ménages : faut-il y croire ?
Le gouvernement promet une baisse d'impôt en 2014 au coeur des municipales. Stratégie politique ou réel espoir ?
Dates limites de déclaration 2014 : plus tôt que prévu !
Toutes les dates de dépôt de la déclaration de revenus 2014 : déclaration papier et déclaration en ligne.
Vers la fin de la CSG déductible ?
La déductibilité de la CSG peut-elle disparaître ? Quelles seraient les conséquences ?
Duflot : nouveaux plafonds 2014
Hausse des plafonds de loyer et de ressources des locataires pour le dispositif Duflot
Faut-il vraiment s'attendre à une baisse d'impôt d'ici 2017 ?
Le gouvernement promet des baisses d'impôt chaque année. Manoeuvre politique ou réelle espérance ?
30 milliards de baisse de charges pour les entreprises
Pacte de responsabilité : allègement des cotisations patronales et pas de hausse d'impôts pour les ménages
Réforme de l'assurance-vie
Fichier central et prélèvements sociaux : nouveautés assurance-vie 2014
Adoption partielle du buget 2014 par le Conseil Constitutionnel
Les Sages ont rejeté 17 articles du projet de loi de finances : les mesures validées et annulées.
Réforme du CIDD : tous les changements pour 2014
Economie d'énergie : Nouveaux taux du CI, équipements éligibles, bouquet de travaux, cumul éco-prêt
Vers une grande réforme fiscale ?
Le Premier Ministre a annoncé une grande réforme fiscale avec notamment la fusion IR / CSG et le prélèvement à la source.
Réforme de l'imposition des plus-values mobilières
Fin du prélèvement libératoire et mise en place d'abattements avantageux pour les PME.
Taxe de solidarité sur les hautes rémunérations
Une nouvelle taxe exceptionnelle payée par les entreprises sur les rémunérations de plus d'un million
Contribution EBE supprimée et hausse de l'IS
La contribution sur l'EBE a été retirée du projet de loi de finances 2014 et remplacée par une surtaxe de l'IS
Majoration de retraite : fin de l'exonération
Les majorations de retraite pour charge de famille sont désormais imposables.
Mutuelle santé : fin de l'exonération de la cotisation
Suppression de l'avantage fiscal des complémentaires santé obligatoires dans les entreprises
Enfants soclarisés : réduction d'impôt maintenue
L'avantage fiscal lié aux frais de scolarité ne sera finalement pas supprimé en 2014.
Pause fiscale : une nouvelle intox ?
Plus d'augmentation d'impôt en 2014 et revalorisation du barème.
Contribution climat-énergie
Encore une nouvelle taxe ou une réelle incitation écologique ? Une autre taxe carbone ?
Hausse des frais de notaire
Vous projetez d'acheter une maison en 2014 ? Vous paierez certainement plus de frais notarié.
Encore plus de taxes et prélèvements à prévoir en 2014 !
L'année 2014 devait apaiser nos finances. Raté ! Sortez vos porte-monnaies !
Vers la fin de la prime pour l'emploi ?
Fusion PPE / RSA Activité = prime d'activité. Projet en réflexion
Aide à domicile : hausse des plafonds internes
Pour compenser la hausse de la TVA des services aux particuliers, les plafonds de certaines dépenses sont élevés.
Télé-déclaration : bientôt obligatoire?
La déclaration de revenus par Internet pourrait bien devenir la seule option pour certains.
Plus-values immobilières : moins taxées en 2014
Une nouvelle réforme de l'impôt sur les plus-values en perspective ... Et une de plus !
Frais de scolarité : fin de l'avantage fiscal
Les enfants scolarisés dans le secondaire ne donneront plus droit à réduction d'impôt.
Niches fiscales : nouveau coup de rabot à prévoir
Les avantages fiscaux vont encore être abaissés en 2014 : baisse des taux et du plafonnement.
Quotient familial : il baissera encore en 2014
Deuxième baisse consécutive du plafonnement du quotient familial : les ménages vont payer davantage.



impotsurlerevenu.org 2019

Mentions légales.